Intervenants

 

Nicolas Beaumatin, Chef de Projet e-santé chez Altran

Luc Berlivet. Il est chargé de recherche au CNRS, chercheur au CERMES3. Ses travaux portent principalement sur deux thèmes : les usages de l’objectivation statistique en médecine et en santé publique ; l’analyse sociohistorique des transformations intervenues dans les modes de problématisation de l’hérédité depuis la fin du XIXe siècle et les usages politiques dont elles ont fait l’objet.

Catherine Bourgain. Elle est généticienne et chargée de recherches à l’Inserm. Depuis septembre 2012, elle a rejoint le Cermes3 au sein duquel elle s’intéresse aux technologies de la génomique haut débit dans le contexte du développement de la médecine dite personnalisée. Elle étudie à la fois les nouvelles pratiques de recherche et les pratiques cliniques que ces technologies contribuent à faire émerger et les problèmes qu’elles posent aux régulations actuellement en place autour des tests génétiques.

Etienne Caniard. Depuis 2010, il est Président de la Mutualité Française et de la Fondation de l’avenir pour la recherche médicale appliquée. Entre autre, il a été membre du Haut Comité de la Santé Publique, des Etats généraux de la santé, du collège de la Haute Autorité de santé (HAS), vice-président de l’Observatoire national d’éthique clinique, et représentant de la Mutualité Française au Haut Conseil pour l’avenir de l’assurance maladie. Il est l’auteur de plusieurs rapports au gouvernement, y inclus La place de l’usager dans le système de santé (2000) et Les recommandations de bonnes pratiques : un outil de dialogue, de responsabilité et de diffusion de l’innovation (2002).

Yves Charpak. Après avoir fondé et dirigé la société d’évaluation EVAL jusqu’en 1999, il a été conseiller principal du directeur régional de l’OMS pour l’Europe à Copenhague, puis directeur des affaires internationales de l’Institut Pasteur et enfin Directeur des Etudes et de la prospective de l’Etablissement Français du Sang (EFS). Il est vice-président de la Société Française de Santé Publique (SFSP), membre du board de EUPHA (European Public Health Association), membre du Haut Conseil pour l’Avenir de l’Assurance Maladie (HCAAM) et membre du Conseil D’orientation Santé d’Expertise France. Il a publié  avec Marc Danzon Notre santé dans l’arène politique mondiale (Belin, 2016).

Jean-François Deleuze. Directeur du Centre National de Génotypage (CNG) et directeur scientifique du Centre d’Etudes du Polymorphisme Humain (CEPH) depuis 2012, il a travaillé pendant plusieurs années pour des compagnies  pharmaceutiques telles que Rhône Poulenc Rorer, Aventis et Sanofi). Il a coordonné plusieurs projets internationaux de recherche translationnelle au sein de la génétique des maladies multi-factorielles et du cancer. Jean-François Deleuze est aussi membre de France Génomique et président du Laboratoire d’excellence (Labex) GenMed consacré à la médecine personnalisée.

Uwe Diegel. Titulaire de plusieurs brevets relatifs à la mesure de la température et pression artérielle, en 2009, Uwe Diegel s’est intéressé à la santé connectée comme moyen d’assurer une meilleure gestion des patients. Il s’est impliqué dans iHealth, plate-forme qui recueille tous les signaux du corps et les traduit dans un format significatif, en utilisant les smartphones et les tablettes.

Gérard Dubey. Il est professeur de sociologie à l’Institut Mines Télécom (École de Management).

Alexandre Duclos. Il enseigne l’anthropologie politique et la sociologie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il est chercheur post-doctorant associé au CETCOPRA et chef de projet au sein de l’association MADoPA. Il a publié Des formes modernes de cosmopolitisme : conséquences de la “crise de la culture” dans les sociétés modernes (Paris, 2009).

Pascal Ducournau. Il est maître de conférences en sociologie, habitilité à diriger des recherches, et vice-Président du Comité d’Ethique de la Recherche de l’Université de Toulouse. Ses travaux portent sur les évolutions de la biopolitique appréhensibles au travers des développements des technologies de santé.

Frédéric Durand-Salmon. Expert d’industrie de la santé, en particulier dans le secteur du dispositif médical et de la gestion des datas. En 1997, il a créé la société KIKA Medical, spécialisée dans la fourniture de services internet (SAAS) dédiés à l’optimisation des processus de gestion de la recherche clinique. Il fonde en 2010  BePATIENT, une société française qui s’est développée entre Paris, Sydney (Australie) et la Californie. La société associe les techniques du digital, des technologies connectées et de l’expertise médicale pour développer une solution e-Santé sécurisée et délibérément centrée autour du patient.

Jérôme Faggion, Directeur Business Development chez Maincare Solutions.

Nadia Frontigny

Bénédicte Geffroy, Professeur en Sciences Économiques et de gestion à l’École des Mines de Nantes

Guillaume Gorincour, Médecin, Professeur de Radiologie à l’Université d’Aix-Marseille

Xavier Guchet. Il est professeur à l’Université de Technologie de Compiègne, où il enseigne la philosophie et l’éthique des techniques. Ses recherches portent sur les enjeux épistémologiques et éthiques des nouvelles technologies, notamment en santé dite « personnalisée ». Il est l’auteur d’un ouvrage sur la médecine personnalisée, aux éditions Les Belles Lettres.

Céline Lafontaine, Professeur de Sociologie à l’Université de Montréal

Guillaume Morel, Professeur en Robotique à l’Institut des systèmes intelligents et de robotique (ISIR)

Henri Noat, ingénieur, Sésin

Marc Peschanski, Directeur scientifique CECS/iSTEM

Marie-Christine Pouchelle, Directeur de recherche émériteen anthropologie au CNRS

Gérard Raymond, Président de la Fédération française des diabétiques

Ilario Rossi, Professeur d’anthropologue à l’Université de Genève

Bruno Salgues. Né en 1955 au Mans dans la Sarthe (France), Bruno Salgues est Directeur d’études à l’Institut Mines Telecom. Il exerce ses fonctions d’enseignant chercheur et de chargé de mission développement des activités de santé. Bruno Salgues a été ou est actionnaire de plusieurs entreprises du secteur des technologies de l’information et participe (ou a participé) pour certaines d’entre elles à leur conseil. Il a écrit plusieurs ouvrages dont le dernier a pour titre « L’industrialisation de la santé » (ISTE éditions).

Valérie Seror, Chargée de recherche en économie à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale

Valérie Souffron, Maître de conférence en sociologie à l’Université de Paris 1 « Panthéon Sorbonne »

Publicités